Négociations tarifaires en cours sur les soins podologiques dispensés par des podologues

Bonne nouvelle pour les personnes diabétiques à risque de syndrome du pied diabétique: les podologues diplômés d’une école supérieure (ES) sont désormais autorisés aussi à leur dispenser des soins podologiques! Toutefois, la prise en charge de ces soins par l’AOS tarde à se concrétiser car les négociations tarifaires ne sont pas terminées.

Le Conseil fédéral s’est prononcé pour l’intégration de la podologie dans l’AOS dès le 1er janvier 2022. Cette décision aidera à pallier le manque de professionnels qualifiés en podologie médicale. Jusqu’à présent, l’AOS ne remboursait les soins podologiques médicaux que s’ils étaient prodigués par du personnel infirmier disposant d’une formation médicale, or il était impossible de répondre à la demande depuis des années.

Remboursement par l’AOS

Pour que le coût de la podologie médicale pratiquée par les podologues soit pris en charge par les caisses maladie, les tarifs correspondants doivent être intégrés dans les systèmes de l’AOS. Selon l’Organisation Podologie Suisse (OPS), le délai pour cette intégration était trop court et il faut donc, dans un premier temps, trouver une solution de transition. Cela signifie que les podologues pourront facturer leurs soins et les assurés se les faire rembourser à partir de mars 2022 au plus tôt.

Quelles seront les prestations prises en charge?

Les soins des personnes atteintes de diabète sucré ne seront remboursés que s’ils ont été prescrits par un médecin, en raison de facteurs de risque de syndrome du pied diabétique précisément définis. Pour que les podologues puissent facturer leurs prestations dans le cadre de l’AOS, ils doivent suivre la formation continue de podologue ES, être admis à exercer dans le droit cantonal et détenir un numéro RC.

Facteurs de risques:

  1. Personnes atteintes de diabète sucré et de polyneuropathie, sans artériopathie oblitérante périphérique (AOMI) > max. 4 séances par année calendaire
  2. Personnes atteintes de diabète sucré et de polyneuropathie, avec artériopathie oblitérante périphérique (AOMI) > max. 6 séances par année calendaire
  3. Personnes atteintes de diabète sucré, après un ulcère diabétique ou une amputation due au diabète > max. 6 séances par année calendaire

Prestations:

  • Contrôle des pieds, de la peau et des ongles
  • Mesures protectrices (p. ex. élimination des parties calleuses, soin des ongles atraumatiques)
  • Conseils et instructions relatifs aux soins des pieds, des ongles et de la peau ainsi qu’au choix des chaussures et des moyens auxiliaires orthopédiques
  • Vérification de l’adaptation des chaussures.

En l’absence de ces facteurs de risque, les soins de podologie médicale des personnes diabétiques ne seront pas pris en charge par l’AOS. Idem pour les soins ordinaires des pieds ou les soins de pédicure. Les prestations de podologues ne détenant pas la formation en ES nécessaire ne sont pas non plus remboursées dans le cadre de cette convention tarifaire.

Nous recommandons actuellement de confier les soins de podologie médicale à des professionnels identifiés et admis à exercer par le canton, qu’il s’agisse des conseillers spécialisés en diabétologie de nos associations régionales ou de podologues ES.

Pour en savoir plus sur la podologie médicale et sur les moyens d’éviter les complications du diabète et les amputations du pied, vous pouvez consulter notre page Web «En savoir plus sur la consultation spécialisée».